Programmer un appel web

Programmer un appel web

Remplissez vos coordonnées et nous vous contacterons pour programmer l'appel web
*Champs à remplir obligatoirement

NEWCO est un guichet unique spécialisé dans l'opérationnalisation des investissements étrangers au Portugal et à Malte.

Top 5 des tendances fiscales pour 2024 - Nos choix
10 jan 2024 . By Roberto Castro Mendonça - Lawyer

Top 5 des tendances fiscales pour 2024 - Nos choix

Il n'y a pas d'année ennuyeuse sur la scène fiscale et 2023 n'a pas fait exception.

Nous avons eu plusieurs développements impactantes : (i) un nouveau paquet avec plusieurs changements fiscaux destinés àfavoriser l'accès au logement, (ii) l'entrée en vigueur de nouveaux régimes couvrant la taxation des stock-options et des cryptoactifs et, bien sûr, (iii) l'abrogation du régime des résidents non habituels et son remplacement par une nouvelle incitation fiscale en faveur de la recherche scientifique et de l'innovation.

Cependant, si 2023 a connu de nombreux rebondissements, 2024 promet d'être tout aussi stimulante pour tous les acteurs.

Notre équipe a sélectionné quelques tendances pour les particuliers et les entreprises comme la vôtre.

1. Mise en œuvre du RNH 2.0, avec une attention particulière pour Madère

A partir du 1er janvier 2024, les assujettis qui deviennent résidents fiscaux en vertu du droit national portugais et qui n'ont pas été résidents au Portugal au cours de l'une des cinq années précédentes peuvent bénéficier d'un nouvel incitant fiscal pour la recherche scientifique et l'innovation ("RNH 2.0").

Le champ des bénéficiaires est relativement restreint pour ceux qui s'installent au Portugal Continental, mais pour ceux qui transfèrent leur résidence à Madère ou aux Açores, on s'attend à ce que le champ soit considérablement élargi. Cet élargissement est le résultat d'une plus grande ouverture accordée à ces régions autonomes, ce qui leur donne la possibilité d'adapter le régime à leurs besoins et d'attirer des capitaux et des personnes hautement qualifiées.

Le RNH 2.0 sera valable pour une période de dix années consécutives et prévoit un taux spécial de 20 % sur les revenus provenant d'un travail salarié ou indépendant dans certaines activités. Comme pour le RNH 1.0, les contribuables éligibles seront également exonérés d'impôts au Portugal sur les revenus étrangers de diverses catégories, à savoir les revenus d'un travail dépendant effectué à l'étranger, les revenus d'un travail indépendant effectué à l'étranger, les loyers, les dividendes ou les plus-values d'actifs à l'étranger.

Le nouveau régime RNH 2.0 ne s'applique toutefois pas aux revenus obtenus dans des juridictions figurant sur la liste portugaise des paradis fiscaux et ne prévoit aucun avantage pour les revenus de pension.

Tout cela nécessite encore des réglementations supplémentaires, qui sont actuellement en cours d'élaboration. Cette réglementation déterminera notamment les éléments suivants

  1. Les procédures administratives d'enregistrement en tant que RNH 2.0 ;
  2. La signification de certains termes peu clairs inclus dans le système et leur corrélation avec les activités éligibles ;
  3. Le format final de la prestation pour ceux qui transfèrent leur résidence dans les régions autonomes de Madère ou des Açores, puisque chaque région aura le droit de créer son propre régime, adapté à ses besoins.

En bref, bien que nous en soyons encore à un stade très préliminaire, nous espérons que Madère se positionnera rapidement comme le principal centre d'attraction pour les professionnels hautement qualifiés et les personnes fortunées qui recherchent les avantages du RNH 2.0.

2. Régime transitoire applicable au RNH 1.0

Les bénéficiaires du RNH 1.0 qui ont obtenu le statut avant que le régime ne soit abrogé en bénéficieront jusqu'à la fin des dix années auxquelles ils ont droit.

Cependant, le RNH 1.0 n'est plus disponible pour les inscriptions à partir du 1er janvier 2024, sauf si le bénéficiaire potentiel a :

  • Contrat de travail ou de détachement (ou contrat de travail ou de détachement), signé avant le 31 décembre 2023, pour travailler sur le territoire portugais ; ou
  • Contrat de location ou autre contrat accordant l'utilisation ou la possession d'une propriété située au Portugal et signé avant le 10 octobre 2023 (jour où la révocation du RNH 1.0 a été officiellement annoncée) ; ou
  • Contrat de réservation ou à ordre pour l'acquisition d'un bien immobilier situé au Portugal, conclu avant le 10 octobre 2023 (jour où la révocation du RNH 1.0 a été officiellement annoncée) ; ou
  • Inscription ou inscription des personnes à charge dans un établissement d'enseignement portugais avant le 10 octobre 2023 (jour où la révocation du RNH 1.0 a été officiellement annoncée) ; ou
  • Visa de séjour ou permis de séjour valable jusqu'au 31 décembre 2023 ; ou
  • Procédure, entamée jusqu'au 31 décembre 2023, d'octroi d'un visa de séjour ou d'un permis de séjour auprès des autorités compétentes, selon les termes de la législation sur l'immigration en vigueur.

Ces règles transitoires s'appliquent également aux personnes qui font partie du ménage du contribuable couvert par l'une des conditions susmentionnées (par exemple, le conjoint).

Compte tenu du nombre considérable de bénéficiaires, le régime restera très présent pendant plusieurs années. Il est donc essentiel de veiller à son application et à son interprétation correctes en fonction de chaque source de revenus.

Pour cette raison, il est essentiel d'assurer un conseil fiscal portugais adéquat en 2024 et au-delà, jusqu'à la fin du régime pour chaque bénéficiaire.

3. Pas de (grande) nouvelle est une bonne nouvelle : Madère consolide sa position en tant que centre d'investissement pour les entreprises et les particuliers

Le régime fiscal spécial du Centre d'affaires international de Madère restera ouvert aux nouvelles entreprises jusqu'au 31 décembre 2024 et ses effets ont été prolongés jusqu'au 31 décembre 2028. Ce régime prévoit un taux d'impôt sur le revenu des sociétés ("IRC") de 5 % sur les revenus provenant de transactions avec des non-résidents et une exonération totale de la retenue à la source sur les revenus distribués aux actionnaires non-résidents, qu'il s'agisse de personnes physiques ou morales.

Madère continuera également à bénéficier d'un taux général d'impôt sur le revenu des sociétés de 14,7 % (nettement inférieur au taux de 21 % applicable au Portugal continental), tandis que la plupart des municipalités de Madère ont une nouvelle fois choisi de ne pas appliquer la surtaxe municipale de 1,5 % qui s'applique à la plupart des entreprises du Portugal continental.

D'autre part, à Madère, un taux réduit d'impôt sur le revenu des sociétés de 11,9 % continuera à s'appliquer aux 50 000 premiers euros de revenu imposable des petites et moyennes entreprises et des sociétés de petite et moyenne capitalisation (qu'il s'agisse d'entités résidentes ou d'établissements permanents au Portugal d'entités non-résidentes). Si ces entreprises opèrent dans les territoires intérieurs de Madère, un taux de 8,75 % sera appliqué aux 50 000 premiers euros de revenu imposable.

En 2024, le gouvernement régional étendra également la réduction de 30 % (par rapport aux taux applicables au Portugal continental) des taux standard de l'IRS. Cette réduction s'applique à toute personne physique qui se qualifie comme résident fiscal à Madère.

4. Transposition de la directive "deuxième pilier" au Portugal

Le Portugal aurait dû transposer la directive européenne 2022/2523 sur la garantie d'un niveau minimum global d'imposition pour les groupes d'entreprises multinationales et les grands groupes nationaux dans l'Union européenne avant le 31 décembre 2023.

Cette directive vise à imposer un impôt minimum global de 15 % sur certains bénéfices des groupes multinationaux dont le chiffre d'affaires annuel est égal ou supérieur à 750 millions d'euros, par le biais d'un ensemble de règles interdépendantes qui imposent un impôt supplémentaire lorsque le taux d'imposition effectif est inférieur au taux minimum convenu de 15 %.

Les États membres où il n'y a pas plus de 12 entités mères ultimes de groupes peuvent choisir de reporter l'application de la règle d'inclusion des revenus (IIR) et de la règle des bénéfices sous-imposés (UTPR) pour une période maximale de six années consécutives à partir du 31 décembre 2023, mais doivent notifier cette décision à la Commission avant le 31 décembre 2023. On ne sait pas si le Portugal a opté pour cette application différée, et on ne sait pas grand-chose sur les travaux de transposition, ce qui est quelque peu intriguant étant donné la pertinence de la directive.

Nous attendons l'issue de cette impasse au cours de l'année 2024.

5. Directive Unshell, BEFIT, HOT et directive sur les prix de transfert

La proposition de directive européenne Unshell a été initialement publiée en décembre 2021 et sa transposition était initialement prévue pour juillet 2023, avec une entrée en vigueur le 1er janvier 2024.

Cependant, tous les délais n'ont pas été respectés et le scepticisme grandit quant à son avenir en raison des critiques émises par différents acteurs. L'année 2024 semble décisive, l'ECOFIN essayant de négocier un accord (difficile) entre toutes les parties.

Les autres faits marquants sont fournis par un paquet de la Commission européenne composé de trois propositions législatives : (i) le cadre pour l'imposition des revenus - BEFIT ("Business in Europe : Framework for Income Taxation"), (ii) le système de taxe sur les sièges sociaux pour les petites et moyennes entreprises - HOT ("Head Office Tax") et (iii) une directive sur les prix de transfert :

  • Dans le cadre du BEFIT, les entreprises d'un même groupe calculent leur base d'imposition conformément à un ensemble de règles communes. Les bases d'imposition des membres du groupe seront ensuite agrégées en une base d'imposition unique, et chaque membre de ce "groupe BEFIT" se verra attribuer un pourcentage de la base d'imposition agrégée calculé sur la base de la moyenne des résultats imposables des trois exercices fiscaux précédents ;
  • La proposition HOT vise à donner aux petites et moyennes entreprises opérant au-delà des frontières la possibilité d'interagir avec une seule administration fiscale - celle du siège social - au lieu d'avoir à interagir avec/se conformer aux règles de plusieurs systèmes fiscaux. Les petites et moyennes entreprises calculeraient leurs impôts sur la base des seules règles fiscales de l'État membre de leur siège social et soumettraient une seule déclaration fiscale à l'administration fiscale de leur siège social, qui la partagerait ensuite avec les autres États membres dans lesquels la petite et moyenne entreprise exerce ses activités. L'État membre du siège social transfère ensuite toutes les recettes fiscales qui en résultent aux pays où sont situés les établissements permanents ;
  • La directive sur les prix de transfert vise à harmoniser les règles en matière de prix de transfert dans l'UE et à garantir une approche commune des problèmes de prix de transfert. Elle intègre le principe de pleine concurrence et les principales règles en matière de prix de transfert dans le droit communautaire, clarifie le rôle et le statut des lignes directrices de l'OCDE en matière de prix de transfert et crée la possibilité d'établir des règles communes contraignantes en matière de prix de transfert.

Bien qu'elles posent des défis différents et que leur adoption soit encore incertaine (à la fois en termes de calendrier et de format final), toutes ces propositions seront à l'ordre du jour de 2024 et devraient être suivies de près.