En utilisant ce site Web, vous acceptez notre politique d'utilisation des cookies. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre politique de confidentialité et d'utilisation des cookies.

OK
Programmer un appel web

Programmer un appel web

Remplissez vos coordonnées et nous vous contacterons pour programmer l'appel web
*Champs à remplir obligatoirement

NEWCO est une société de services professionnels spécialisée dans la mise en œuvre d'investissements étrangers au Portugal, y compris l'Île de Madère, et à Malte.

Portugal: Nouvelles mesures fiscales pour soutenir les entreprises
04 aoû 2020

Portugal: Nouvelles mesures fiscales pour soutenir les entreprises

Plusieurs mesures fiscales visant à soutenir l'emploi et à stimuler les investissements des entreprises portugaises ont été publiées ces derniers jours. Les plus pertinentes sont les suivantes :

 

Budget supplémentaire de l'État pour 2020

La loi n° 27-A/2020, du 24 juillet, apporte la deuxième modification au budget de l'État pour 2020 ainsi que la modification de plusieurs diplômes.

Déduction des pertes fiscales générées en 2020 et 2021

  • La période de déclaration pour les pertes fiscales générées en 2020 et 2021 par les entreprises est de 12 périodes d'imposition (actuellement, la période de déclaration pour les pertes fiscales est de 5 ans, sauf dans le cas des petites et moyennes entreprises (PME) dont la période est de 12 ans) ;
  • La limite pour la déduction des pertes fiscales est portée à 80 %, lorsque la différence résulte de la déduction de pertes fiscales déterminées dans les périodes fiscales de 2020 et 2021 (actuellement, la limite est de 70 %) ;
  • Les périodes 2020 et 2021 ne sont pas prises en compte dans la période de report des pertes applicable aux pertes en vigueur le premier jour de la période fiscale 2020.

 

Limite extraordinaire des acomptes (IRS ou IRC) pour 2020

1) Les contribuables de l'IRS qui sont titulaires de revenus de catégorie B et qui n'effectuent pas les premier et deuxième acomptes en 2020 peuvent régulariser le montant total en question jusqu'à la date limite de paiement du troisième acompte (20 décembre 2020), sans aucune charge ni frais ;

(2) Les contribuables IRC peuvent bénéficier d'une exonération totale des premier et deuxième acomptes pour la période d'imposition 2020, à condition que :

  • la moyenne mensuelle de facturation communiquée par le biais de la facture électronique pour les six premiers mois de l'année 2020 présente une baisse d'au moins 40 % par rapport à la moyenne de la même période de l'année précédente ou, pour ceux qui ont commencé l'activité le 1er janvier 2019 ou après cette date, par rapport à la moyenne de la période d'activité écoulée précédemment ; ou  
  • l'activité principale de l'assujetti relève de la classification des activités économiques en tant que logement, restaurants et assimilés ; ou
  • l'assujetti est classé comme une coopérative ou comme une micro, petite ou moyenne entreprise.

3) Les contribuables IRC peuvent bénéficier d'une exonération partielle (50 %) des premier et deuxième acomptes pour la période fiscale 2020 si la moyenne mensuelle de facturation indiquée sur la facture E pour le premier semestre 2020 montre une baisse d'au moins 20 % par rapport à la moyenne de la même période en 2019.

La baisse du chiffre d'affaires et le placement dans l'hébergement, la restauration et les activités similaires ou en tant que micro, petite ou moyenne coopérative, doivent être certifiés par un comptable agréé sur le portail financier.

Si le contribuable constate qu'à la suite de la réduction totale ou partielle du premier et du deuxième PPC, il ne peut plus recevoir un montant supérieur à 20 % de celui qui aurait été versé dans des conditions normales, il peut régulariser le montant en question jusqu'au dernier jour du délai pour effectuer le troisième versement d'acompte, sans aucune charge ni frais, par le biais d'une certification par un expert-comptable sur le portail des finances.

 

Transfert des pertes fiscales des entreprises en difficulté

Un régime permettant le transfert des pertes fiscales générées par les petites et moyennes entreprises (PME) et la déduction correspondante dans la sphère de l'entreprise acquéreuse, si la PME est acquise avant le 31 décembre 2020, a été créé.

Seules les PME qui, en 2020, sont considérées comme des "entreprises en difficulté" (par rapport à la situation de la période fiscale 2019) peuvent bénéficier de ce régime.

La déduction des pertes fiscales de la société acquise est effectuée par la société acquéreuse au prorata du capital social de la société acquise qui a généré la perte fiscale, jusqu'à concurrence de 50 % de son revenu imposable.

Cette déduction est soumise à la vérification d'un certain nombre d'exigences, parmi lesquelles:

  • Acquisition de la participation qui permet la détention directe ou indirecte de la majorité du capital avec droit de vote, cette participation devant être maintenue de manière ininterrompue pendant une période d'au moins trois ans ;
  • La société acquise ne peut pas distribuer de bénéfices pendant trois ans ;
  • L'entreprise dont la participation est acquise ne peut pas résilier les contrats de travail pendant trois ans dans le cadre d'un licenciement collectif ou d'un licenciement pour cessation d'emploi.

 

Régime exceptionnel de paiement échelonné pour les dettes fiscales et de sécurité sociale

Un régime exceptionnel est établi pour les dettes fiscales liées à des événements fiscaux survenus entre le 9 mars et le 30 juin 2020 et pour les dettes fiscales et les dettes de cotisations mensuelles de sécurité sociale dues au cours de la même période pour les débiteurs qui respectent déjà un plan de remboursement autorisé par l'autorité fiscale et douanière ou par la sécurité sociale sans avoir besoin de garanties supplémentaires (les garanties sont maintenues).

 

Crédit d'impôt extraordinaire pour investissement (CFEI II)

Les contribuables IRC qui engagent des dépenses d'investissement matérialisées dans l'acquisition d'actifs liés à l'exploration, à savoir des immobilisations corporelles, des actifs biologiques non consommables et des actifs incorporels (soumis à amortissement), effectuée entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021 bénéficient d'une déduction de la perception IRC, correspondant à 20% des dépenses d'investissement, dont le montant maximum est limité à 5 millions d'euros.

La déduction annuelle est limitée à 70 % de la collecte. En cas de perception insuffisante, la prestation doit être déclarée pendant 5 ans.

Pour les mêmes dépenses d'investissement, l'avantage ne peut être cumulé avec d'autres avantages fiscaux de même nature. Sont exclus les investissements dans les véhicules légers de tourisme ou mixtes, le mobilier et les articles de confort ou de décoration, ainsi que les dépenses liées à la construction, l'acquisition, la réparation et l'agrandissement de tout bâtiment.

Le contribuable ne peut, dès le début du régime et pour une durée minimale de 3 ans, résilier les contrats de travail dans le cadre du régime de licenciement collectif ou par cessation d'emploi.

 

Soutien extraordinaire à la reprise progressive de l'activité des entreprises en situation de crise

Le décret-loi 46-A/2020 du 30 juillet crée un soutien extraordinaire à la reprise progressive de l'activité dans les entreprises en situation de crise économique due à la pandémie COVID -19, avec une réduction temporaire de la durée normale de travail de tout ou partie de leurs travailleurs.

Pour les entreprises dont le chiffre d'affaires a diminué de 40 % ou plus (au cours du mois civil complet précédant immédiatement le mois civil auquel se rapporte la demande initiale de soutien ou de prolongation, par rapport au même mois de l'année précédente ou à la moyenne mensuelle des deux mois précédant cette période), la réduction de la période normale de travail est limitée à 50 % en août et septembre 2020 et à 40 % en octobre, novembre et décembre 2020.

Pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est égal ou supérieur à 60 %, la réduction de la durée normale de travail est limitée à 50 % en août et septembre 2020 et à 40 % en octobre, novembre et décembre 2020.

Le travailleur a le droit de recevoir une compensation correspondant aux heures travaillées ainsi qu'une indemnité mensuelle à hauteur de 2/3 du salaire brut normal correspondant aux heures non travaillées, pour les mois d'août et de septembre 2020, et à hauteur de 4/5, pour les mois d'octobre, novembre et décembre 2020 (jusqu'à trois fois le salaire minimum mensuel garanti : 1 905,00 EUR).

Elle prévoit également une exonération totale et une dispense partielle du paiement des cotisations de sécurité sociale à l'employeur dans de telles circonstances. L'exonération ou la dispense partielle du paiement des cotisations dont l'employeur est responsable est accordée aux conditions suivantes :

Dans le cas des PME :

  • Exonération totale de cotisations pour les mois d'août et septembre 2020 ;
  • Exonération partielle de 50 % des cotisations en octobre, novembre et décembre 2020.

Dans le cas des grandes entreprises :

  • Exonération partielle de 50 % des cotisations en août et septembre 2020.

Pendant la réduction de la période normale de travail et dans les 60 jours qui suivent, l'entreprise ne peut pas résilier les contrats de travail pour cause de licenciement collectif, d'extinction de l'emploi ou d'inadaptation.

 

Mesures fiscales spécifiques pour les coopératives et les PME

Le 31 juillet, la loi 29/2020 a été publiée, établissant des mesures fiscales pour soutenir les coopératives et les micro, petites et moyennes entreprises (PME) dans le contexte de la pandémie COVID-19 :

Suspension temporaire des paiements au titre de l'IRC

Les coopératives et les PME peuvent être exemptées des paiements au titre de l'IRC. Toutefois, s'ils souhaitent effectuer ce paiement, ils peuvent le faire dans les délais prévus dans le cadre des mesures relatives à l'épidémie OVID-19.

Remboursement anticipé des acomptes spéciaux non utilisés

Les entités classées comme coopératives ou PME peuvent demander, en 2020, le remboursement intégral de la partie de l'avance spéciale qui n'a pas été déduite avant l'année 2019, avec une dérogation à la période de 90 jours définie dans le code IRC.

Délai maximum pour les remboursements de la TVA, de l'IRC et de l'IRS

Lorsque le montant de la retenue à la source, des acomptes ou de la TVA est supérieur à la taxe due, le remboursement est effectué dans les 15 jours suivant la présentation de la déclaration correspondante par l'assujetti.